hello@kamermoov.com
mercredi, décembre 11, 2019
NewsOn Kiff

Tenor nous fait chanter  »À L’imparfait »

Sa jeunesse proclamée à tue-tête donnerait matière à s’interroger sur la pertinence et la teneur de son discours à chacune de ses sorties musicales. Single après single, il prouve que le Cameroun peut se positionner sur le boulevard du succès à l’international. Aucune inquiétude, ni contestation quant au poids de son talent. De ce côté-là, RAS !

Chaque nouveau single de Tenor est une démonstration de force. Rien à voir avec la monotonie qui grippe les machines du Game au pays des Lions Indomptables.

Chaque pays a, le dit-on en général une culture propre à elle ! Le jeune Tenor 19 ans sonné, s’en inspire comme cheval de bataille pour une carrière qu’il amorce avec une puissance déconcertante.

Son dernier boulet  »À L’imparfait », renvoie direct aux classes du primaire où certains étaient traumatisés lorsqu’il s’agissait de passer à la conjugaison, souvent pour l’imparfait. Le chanteur prend ici l’exemple de l’élève cancre classique, en l’occurrence le fameux  »Toto » dont on loupe à peine les aventures sur les réseaux sociaux. Non pas en donneur de leçons, le rappeur fait tout de même un éclairage, un doigt donneur à ceux là qui torpillent la langue de Molière au quotidien sur WhatsApp, Facebook, Instagram SnapChat, Twitter et le reste. Il lui fallait certainement une solution en chanson pour rappeler les règles de base de cette conjugaison. De la première personne  »Je » à la sixième personne  »Ils » comme il le dit, Tenor epelle avec précision pour chacune, la terminaison, du singulier au pluriel.

Le rappeur souvent considéré comme le délinquant et le bouc émissaire de l’échec, il prouve que l’habit ne fait pas le moine. Loin d’amuser la galerie, là où certains genres étaient considérés comme supérieurs, par le Rap, il éduque avec une dose de satire, et renseigne les générations têtes baissées actuelles sur les fondamentaux pour tout jeune ; Étudier ses leçons, bien les assimiler, mais aussi les reproduire telles qu’elles. Tout ceci donne matière à réfléchir aux concernés, élèves comme enseignants voire même dirigeants…

Que dire du rythme dans lequel le jeune génie nous noie ? Du Rap, oui bien évidemment. Mais c’est du Tenor tout craché car dans la même lancée que la génération dite consciente, c’est du Rap conscient c’est sûr, pas du tout engagé… Entre Bikutsi Rap, Rap Ethnique, Rap chanté, il rend sa musique plus dynamique et différente. En introduisant  les instruments traditionnels, il se veut fier de ses origines et un ambassadeur logique de sa culture Fang Beti. Ce Bantou  originaire du Cameroun sauce son art comme il l’entend et le fait bien. D’ailleurs, l’hommage rendu au groupe mythique  »Les Têtes Brûlées » et au  »tonton Epeme Théodore »… C’est la preuve qu’il a véritablement les pieds sur terre et respecte chapeau bas, ceux qui ont tout donné pour que la culture camerounaise rayonne à travers le monde, mais sont aujourd’hui à l’imparfait !

Va de l’avant l’artiste

 

Laisser un commentaire

Ne manque plus aucun wé !

Laisse ton adresse e-mail pour recevoir les meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...