hello@kamermoov.com
vendredi, septembre 20, 2019
NewsNyanga

Franko et Tenor montrent le bon exemple sur le podium du village des Canal d’Or

Alors que certains continuent à instituer la guerre et de lancer des flèches ou encore des balles sans raison aucune, dans la nouvelle garde de la musique urbaine du Cameroun on assiste à une envie dévoilée d’en découdre avec les clashs et les discours qui frisent la haine à quelques exceptions près.

Tout le monde attend bien évidemment la prestigieuse cérémonie de récompenses de la musique au Cameroun qui aura lieu ce samedi 04 mars à Yaoundé, au Palais des Congrès. L’organisation ayant mis les petits plats dans les grands pour une belle semaine notamment un Village des Canal d’Or, situe aux Cascades du Mfoundi à Warda.

Lorsque ce vendredi 03 mars, les hosts annoncent du passage des nouvelles réussites de la musique urbaine kamer telles que FRANKO et TENOR, le public s’emballe et n’attend que ça.

Avant eux, l’on a eu droit à un discours musical non moins mature de One Love incitant à toutes les mauvaises choses listées plus haut.

À leur passage, c’était du Live et comment ? Franko disque d’or en France, nous a gratifié d’une belle prestation d’entrée avec  »Faut Taper Sur Madame », dans les refrains c’est la voix de velours particulière de Tenor qui faisait les choeurs. Une image respectable et à symboliser d’un trophée d’ailleurs. Chapeau bas à ces jeunes qui ont compris. Tenor reprenait donc en chœur Franko sur la scène et comme on dit souvent  »il faisait les backs » ! Que ce soit sur le fameux  »Coller La Petite » toujours en Live.

Au tour de Tenor avec le son  »Kaba Ngondo », l’image qu’a affiché aussi Franko à marquer d’une pierre blanche. C’est Franko qui faisait à son tour les backs et  dansait comme un bébé sur la scène. Image très rare à saluer. Un  »Do Le Dab » repris en chœur dans le public et par son acolyte.

À travers cette belle preuve qu’on peut cohabiter ou s’entraider et laisser très loin les déchirures, FRANKO et TENOR assurent comme dit Claudy Siar :  »S’unir pour bâtir, c’est grandir ensemble » et surtout que c’est le Cameroun qui gagne ; et par extension l’Afrique.

Cette image relègue en zone sombre, la quête d’intérêts personnels en piétinant le bon vivre dans une musique urbaine kamer qui a grand besoin d’unir ses voix pour aller très loin puisqu’elle est déjà sur la bonne voie.

 

Laisser un commentaire

Ne manque plus aucun wé !

Laisse ton adresse e-mail pour recevoir les meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...