hello@kamermoov.com
dimanche, octobre 18, 2020
NyangaOn Djoss

X-Maleya : « On a beaucoup trimé pour en arriver là ».

Le groupe X-maleya, mythique duo aux mélodies envoutantes (constitué de Roger, Auguste et Ice) vient de commettre sur le marché du disque un album intitulé Exil. C’est dans ce contexte qu’un des membres du groupe (Roger)  s’est exprimé sur l’album Exil , du groupe X maleya et de sa vision globale du milieu musical camerounais dans les locaux du studio Sound’Art de l’ami Ruben Binam.

kamerhiphop.com: Présente nous un peu le groupe X Maleya.
Par amour pour la chanson, trois mecs ambitieux se sont mis ensemble pour créer le groupe X Maleya, il s’agit de Roger, Auguste et Ice. Dans le groupe, il y a deux chanteurs Roger et Auguste. Ice quant à lui est guitariste. Au delà du rôle de chacun nous sommes tous auteurs compositeurs.

Les gens aimeraient bien savoir dans quel registre de musique vous faites ?
C’est une question qui nous embarrasse  toujours, certains le classe dans la Soul music, mais pour nous c’est une musique qui a subi beaucoup d’influences. On y retrouve du Jazz, du Rnb de la soul et même des rythmes de chez nous comme le Makossa. Parfois aussi, parfois on écoute des sonorités de Ragga, Reggæ en bref c’est du X Maleya.

En temps qu’artistes, que croyez-vous apporter à la jeunesse Camerounaise ?
C’est nos messages, notre musique. Nous mettons du sérieux dans tout ce que nous avons choisi de faire. L’important, ce n’est pas ce qu’on fait, mais c’est comment on fait ce qu’on a choisi de faire. Lorsqu’on écoute l’album, on sent le travail. Il a fallu beaucoup de patience pour en arriver là. Quatre ans de dur labeur avec Ruben. C’est pour dire aux jeunes qu’il faut être patient dans la vie.

Vous parlez de quoi dans votre album ?
« Hola mè » ces enfants qui demandent à Dieu de leur venir en aide. « Mélodie d’espoir » parle des enfants qui n’ont pas de logis et qui meurent de froid. « Olé Olé », C’est la fête  mais la thématique de l’album est basée sur des lendemains meilleurs. 

Quel est le quotidien de X Maleya ?
R- En temps que jeune Camerounais, nous vivons les même galères. C’est dommage, quand on a choisi de faire la musique on est très souvent obligé de faire autre chose pour joindre les deux bouts.

Quelle est la place qu’occupe la musique Camerounaise dans le monde ?
Il faut dire qu’en dehors de Richard Bona et quelques uns, il n y a vraiment pas grand nombre de Camerounais sur la scène mondiale, pourtant des talents on en trouve : Macase, Sergeo polo, Manuel Wandji par exemple. Contrairement au Sénégal où on a 6 à 15 artistes voire  plus qui s’imposent dans le monde. C’est dommage pour la musique Camerounaise.

Que dire de votre album sur le marché discographique ?
Avec la structure de distribution (Culture Mboa), on a réussi à faire des ventes. Dieu merci on n’a pas encore été témoin de la piraterie de notre œuvre. Pour l’instant on continu a faire la promotion de notre album.

Tu poses la voix sur un titre (On marche) du rappeur camerounais   Le Bronz. Ne penses-tu pas déteindre l’image de X Maleya qui se veut douce ?
Je me reconnais dans ce que dit Lebronz. Alors pourquoi faire semblant ? J’ai été ravi quand il m’a invité à chanter avec lui. C’est vrai que  le pays va mal. Nos dirigeants ont échoué. Demain, c’est à nous le tour. Il faudra faire gaffe. Cessons de dire que le Président de la république n’a pas fait ceci ou cela. Chacun à sa part de responsabilités.

Ce look (nattes), c’est pour faire rêver les filles ?
Dans le groupe nous sommes deux à porter des nattes, Auguste et moi. C’est juste qu’on ressent ce look. Peut être demain, on aura autre chose.

Evènement en vue ?
Dans deux semaines, 2  concerts à Douala et  la présentation de notre album intitulé «  Exil » en partenariat avec les CCF du Cameroun.

Ton mot de fin ?
Maximum de respect à cette initiative de Kamerhiphop.com. Avec ce site, X Maleya est sûr d’être écouté en Papouasie.

Par Ives De Landry Bandamissi

1 Comment

Leave a Response