hello@kamermoov.com
dimanche, novembre 29, 2020
On DjossOn Kiff

Aziz : « je n’ai pas peur de la friperie, ni des chinoiseries… »

Les français ont Mohammed Dia, le Monsieur qui a révolutionné le street wear en France que beaucoup verraient bien devenir un jour le premier gars de la cité (il est de Sarcelles) à régner sur le Street wear mondial. Les camerounais eux ont Abba Liman Abdel Aziz alias Aziz, un jeune qui excelle dans le street wear. Sa ligne de vêtement (Hope) prend de l’ampleur depuis quelques temps au bled. Tony Nobody, Alain Dexter, Luis Tsoungui, Simon Mbey, Parol, AK Sang Grave… et même les responsables de kamerhiphop : tous ont porté aux moins une fois les vêtements fabriqués par Aziz. Très beau design (rien à envier aux vêtements venus de l’occident), Hope fait dans les T shirts, casquettes, jeans, chemises. Alors N’a-t-il pas pensé fabriquer des fringues personnalisées pour rappeurs et labels ? réponse : « bien sur nous fabriquons aussi sur commande des fringues personnaliser. Nous l’avons d’ailleurs fait pour Parol et AK Sang Grave ».
Quand certains prennent le micro pour contribuer à l’évolution du hip hop kamer, lui choisi le textile (il fait aussi dans le montage vidéo).

kamerhiphop.com : Bonjour Aziz, peux tu en quelques phrases te présenter à nos internautes ?
Aziz :
Bonjour, Je me nomme Abba Limane Abdel Aziz, jeune camerounais (il est de l’extrême nord du Cameroun, ndrl) qui  fais dans le street wear et le design (art graphique). J’ai crée mes premiers vêtements en 2000, ça fait 7 ans que je suis dans le textile. Je fais dans des objets publicitaires. J’ai fait l’agenda semainier de l’Ambassade du Bénin en France, l’agenda officielle de l’autorité aéronautique, l’agenda de kinderdorf international. Je fais également dans le montage vidéo en 3D et en 4D. J’ai eu à monter les clips du groupe AK Sang Grave (Indépendance et Libérez l’Afrique) et bientôt je tournerai le clip du son « vas y bouge BB » du rappeur Parol.

Comment est né ta structure ?
A la fin de mes études (il a une licence en marketing obtenue à l’université de Ngaounderé, ndrl) , j’ai passé deux ans au quartier sans toute fois trouver du boulot. Et c’est comme ça que l’envie de quitter le pays m’est venu. Je suis donc aller au Bénin pour découvrir un peu l’Afrique de l’ouest. arrivé au Bénin, j’ai fait pas mal de boulot. J’ai été consultant dans une société pétrolière et en même temps j’ai été VRP qui veut dire voyageur représentant placier (Intermédiaire du commerce qui prospecte la cliente et reçoit les commandes pour le compte d’une ou de plusieurs entreprises, ndrl). J’ai été en même temps directeur artistique d’une entreprise de production de l’audiovisuel au Bénin. Nous avions réalisé plus de 30 documentaires sur les maladies endémiques au Bénin.
C’est donc au Bénin que l’envie de créer Hope m’est venue. je m’étais rendu compte que le textile avait toutes ses valeurs . C’est à partir de ce constat que je me suis dit : « cette partie de l’Afrique est un endroit idéal pour mes affaires. Et voila comment j’ai crée ma structure de street wear que j’ai baptisé Hope« .

Pourquoi Hope ? est ce une façon de redonner espoir à cette jeunesse qu’on qualifie de sacrifiée ?
En fait, c’est ça le concept hop. Tu imagines ! les jeunes finissent les études mais n’ont pratiquement rien à faire. ils ont de la peine à trouver du boulot. Tu te rends compte, faire 15 ans voir 20 ans sur les bancs et après rester au quartier. j’ai crée Hope parce que je pense qu’il faut croire à l’avenir. Il est bien vrai que ces vieillards ne font rien pour la jeunesse. Il est bien vrai que c’est dur, mais je crois qu’il ne faut pas baisser les bras. Il ne faut pas donner raison à « nos bourreaux », il faut avoir espoir. Et c’est pour cela que ma ligne de fringue a été baptisée Hope. Le H de Hope est une serrure, celui qui trouveras la clé qui ouvrira cette serrure ouvrira en même temps son succès.

Pourquoi as-tu choisi le milieu du hip hop pour faire connaître tes produits ?
Le milieu hip hop est un milieu que je connais très bien. Le but que je me suis fixé au début était de conquérir les jeunes car ce sont eux qui consomment le street wear. Et comme tu le sais très bien, le hip hop est un mouvement des jeunes. Donc c’est tout naturellement que je bosse avec les acteurs de ce milieu.

Actuellement la friperie et les chinoiseries contrôlent le marché des fringues. Alors t’es pas inquiet par rapport à tout cela ?
Hope est encore une toute petite structure. Ma zone commerciale est axée sur un groupe restreint. Malgré nos efforts, nous n’arrivons pas à combler la demande qui est supérieure à l’offre. Sinon pour le moment pas de souci, les chinoiseries et la friperie ne nous font pas peur . Nous avons confiance à nos produits car ils sont de très bonne qualité.

Il parait que tu habilles la star montante du rap camerounais Parol et le groupe AK Sang Grave. Alors infos ou intox ?
Info. En fait j’ai un contrat de partenariat avec la structure Mapane Records. Parol et AK Sang Grave qui sont du label sont forcement habillés par moi. j’ai habillé le groupe AK Sang Grave de la tête au pied lors des canal d’or (cérémonie de remise de trophée aux meilleurs artistes camerounais organisée tous les ans par la chaîne de télé canal2 international) à Douala et lors de leur dix ans de carrier à Yaoundé.

A quand Hope sur le marché camerounais ?
Bientôt. Nous sommes entrain de régler la logistique et le marketing. Hope qui tend à devenir une grande structure doit avoir un lancement digne de son rang. Au lancement, il n’y aura pas de l’amateurisme.

En dehors des T shirts, qu’est ce que Hope propose d’autres ?
Hope va se concentrer beaucoup plus dans l’art graphique (design). Nous faisons en plus des T shirts des jeans, des casquettes, des chaussures, des chemises et bien d’autres. a titre de rappel, nous avions habillé l’équipe nationale de football Libérienne (les Lone Star) lors des éliminatoires de la Coupe du Monde 2006 (joueurs, encadreurs et supporteurs).

Quelles sont les difficultés que tu rencontres ?
Les difficultés sont de plusieurs ordre :
La première est la finance. C’est très difficile de s’en sortir si on n’a pas un gros budget. La deuxième est la matière première. Ici au pays, nous manquons cruellement de matière première (tee shirt, jean, casquette de bonne qualité). Nous sommes obligés d’importer et le coup nous revient très cher. La troisième est la suivie des ventes. Sinon ça ira avec le temps, nous nous battons afin de surmonter tout ça.

Quels sont tes projets immédiats ?
Les projets sont nombreux mais je ne parlerai que des plus immédiats. Je voudrai mettre en place le bizness plan de Hope. Je voudrai mettre sur pied la première boutique Hope au pays, la ville de Yaoundé a été choisi pour ce lancement pour plusieurs raisons : premièrement c’est ma base, deuxièmement c’est la capitale, troisièmement c’est une ville hip hop. Je voudrai créer une boutique en ligne ou Hope sera vendu à travers le monde. Je voudrai que Hope devienne la fringue à la mode pour tous les jeunes camerounais. En conclusion, je voudrai voir l’épanouissement de Hope au kamer en général et dans le monde en particulier.

Comment te contacter ?
Pour me contacter, c’est simple. Je réponds au numéro de téléphone (237) 75 08 25 50. vous pouvez aussi m’écrire à l’adresse suivante
hope_wear@yahoo.fr. mon adresse perso est alaazfr@yahoo.fr. je fais aussi des design personnalisés, alors appelez moi ou écrivez moi et vous serrez servi.

Merci Aziz, courage dans toutes entreprises et on espère que Hope sera la fringue à la mode des hip hopppeurs kamers.
Merci à toi pour m’avoir offert cette tribune afin que je parle de mes projets. Merci pour le boulot que vous faites. Grâce à vous, le hip hop kamer et tout ce qui tourne autour sont connus à l’international. Bravo à toute l’équipe.

Leave a Response