hello@kamermoov.com
vendredi, octobre 23, 2020
News

Joseph Didier Ndi-Samba, le Camerounais qui s’investit au quotidien pour améliorer les conditions de vies des populations de Yaoundé 4

Ayant grandi à Nkomo, Joseph Didier Ndi-Samba fait partie de la jeune génération camerounaise Jusque-là inconnue du grand public, mais donc les œuvres font beaucoup parler.

Détenteur d’un DUTS en Génie Mécanique à l’Université de Yaoundé Sud (Cameroun), Joseph Didier Ndi-Samba est un ingénieur en Mécatronique (Motormanagement et stabilisation des signaux) (WBH Darmstadt) Allemagne.

Polyglotte, ce jeune de 40 ans est le fondateur du groupe Motbinama International S.A. qui comprend six entreprises avec 207 employés dans quatre pays.  Entré dans la vie active très jeune, c’est à l’âge de 17 ans qu’il se lance dans les marchés publics et la livraison de pièces détachées.  Grâce à sa témérité, il devient le directeur du garage académique Samba autos à l’âge de 18 ans.

Un homme de culture

Hors mis son ingénierie, Joseph Didier Ndi-Samba produit des talents et milite pour la promotion du talent et du mérite. Avec une oreille affinée, rien ne lui échappe. Fin mélomane, il écoute aussi bien les musiques traditionnelles que les musiques du monde. Il se sent à l’aise dans le brassage interculturel mais n’oublie jamais ses racines.

Joseph Didier Ndi-Samba s’investit au quotidien pour améliorer les conditions de vies des populations de Yaoundé 4.

Vivant à l’étranger depuis plus d’une dizaine d’année, le digne fils de Nkomo a décidé de donné un standing européen au quartier qui l’a vu grandir. Afin qu’il n’ait rien à envier à ceux qu’ils fréquentent à travers le monde. De fait, le quartier Nkomo au Lieu-dit Résidence des Palmiers a été entièrement remis à neuf par ses efforts via l’ensemble de ses équipes locales mobilisés au sein du groupe MOTBINAMA INTERNATIONAL.

À la fois compétent et fidèle, Joseph Didier Ndi-Samba est un exemple pour la jeunesse camerounaise. Si tous les citoyens camerounais pensaient comme lui, et si les autorités locales encourageaient de si belles personnes et initiatives, le Cameroun se porterait surement mieux.

Danielle Ngono Efondo

Leave a Response