hello@kamermoov.com
samedi, septembre 19, 2020
NewsNyanga

Covoiturage Au Cameroun : Une nouvelle ère s’annonce

Avez-vous déjà entendu parler du covoiturage ? Selon Wikipédia c’est l’utilisation conjointe et organisée d’une voiture automobile par un conducteur non-professionnel et un ou plusieurs tiers dans le but d’effectuer un trajet commun.

Bien que le mot covoiturage semble étranger au jargon camerounais, cette pratique est courante chez nous sous les appellations « voyager en personnel » et « racolage ».

Ainsi donc, de nombreuses personnes se retrouvent souvent soumises dans les carrefours ou sur les axes à des conditions climatiques contraignantes et de longues attentes espérant trouver un véhicule qui irait dans la même direction qu’elles. Bien conscientes du risque qu’elles encourent, elles se  lancent tout de même car leur seule alternative sont les agences qui offrent une expérience loin des plus agréable.

En effet, voyager par une agence signifie accepter de se soumettre aux allers et retours pour réserver sa place, aux heures de départ variables et souvent tardives, et pire à des surcharges sur de longues distances qui vous font étouffer de chaleur. Essayez d’entreprendre un voyage de Douala pour l’Ouest le vendredi soir et vous comprendrez mieux de quoi nous parlons. C’est pour cela que le rond point Deido est bondé d’auto-stoppeurs à certaines heures le vendredi.

 L’auto-stop une véritable alternative

C’est fort de ce constat et voyant l’opportunité que ce secteur présente que plusieurs entrepreneurs se sont lancés dans la création de plateforme de covoiturage facilitant la mise en relation des conducteurs et des passagers allant dans la même direction.  Au-delà de légitimer ce mode de transport afin d’en faire une véritable alternative aux moyens classiques de déplacement interurbain, le défi semble être le changement de mentalité de nos concitoyens.

En effet, Bien des personnes préfèrent encore courir après des véhicules sur les axes routiers et embarquer avec de total inconnus sans aucune garantie de sécurité et sans recours possible. Pourtant, des plateformes de covoiturage proposent des solutions visant à résoudre ces différents inconvénients. Par exemple, l’utilisateur peut réserver une place dans une voiture personnelle depuis le confort de son domicile après avoir pris un minimum d’informations sur l’identité de ses covoitureurs.

Malgré ces mesures sécuritaires proposer par les plateformes, nombreux sont ceux qui choisissent encore la première alternative. Décidément, les habitudes ont la peau dure. On comprend donc pourquoi les différentes incursions dans le domaine ne semblent pas avoir trouvé d’oreilles attentives.

Au vu de ceci, l’on pourrait se demander  comme  on dit au pays, «qu’est ce qui n’a pas marché?» La population camerounaise ne serait-elle pas prête pour la modernisation de l’auto-stop? Pourquoi attendre sous le soleil? Pourquoi courir après les véhicules? Et leur sécurité alors n’y tiennent-ils pas?

Autant de questions qui ont motivé notre enquête. Pour trouver des réponses, nous avons essayé d’entrer en contact avec différentes plateformes. Nos recherches sur le Web nous donnent bien l’impression qu’elles ont toutes mis la clé sous le paillasson.

Tenez par exemple:

WAIT-MOI (https://www.waitmoi.com/), crée en  novembre 2016, dont la dernière activité sur leur site web remonte à juin 2018, et sur leur page Facebook le dernier signe de vie etait décembre 2017.

TWIISCAR crée en  juillet 2016,  fait un mouvement pour la dernière fois en Avril 2018 sur Facebook avec un site web qui n’existe plus.

CLICK&GO Créé en octobre 2017 dont La  dernière trace de vie sur Facebook remonte  à mars 2018 avec un site web qui a expiré.

Fait très peu surprenant, nous n’avons eu aucun retour de toutes celles en cessation d’activité. Dans le cas de HEYLO (www.heylo.cm), Créé cette année même, 2019, et récemment très active sur Facebook, nous avons pu discuter avec des membres de l’équipe qui apparement s’activent pour honorer leur rendez-vous du 1er novembre avec les voyageurs camerounais.

Heylo serait-elle la formule de covoiturage que les camerounais attendaient?

En effet, la start-up Heylo nous arrive comme une bouffée d’air car enfin nous avons des personnes dans cet univers avec qui échanger. Nous avons en face de nous une équipe de jeunes motivés qui pense avoir mis le doigt sur ce qui n’a pas marché auparavant avec les autres. Un peu avare de commentaires quant à leur stratégie et les particularités de leur plateforme qu’ils voudraient laisser découvrir au fur et à mesure. ils semblent avoir fait une bonne lecture du marché et des défis auxquels ils feront face.

Pour citer un de leur responsable «il n’y a pas de solution miracle, le besoin est là, il est palpable. Nous avons écouté longuement les camerounais, nous les avons compris, nous savons ce qu’ils attendent et nous l’avons préparé pour eux. » Et l’autre de renchérir « Nous ne pouvons pas d’ores et déjà dire que nous avons la solution parfaite, ce serait prétentieux, mais nous pouvons affirmer que nous avons le socle sur lequel avec la communauté tout entière, nous bâtirons une puissante plateforme de covoiturage évoluée et tailler à la mesure de nos besoins». Des quelques informations que nous avons pu grappiller lors de notre échange, nous comprenons que:

Plus qu’une plateforme de covoiturage Heylo se veut être une communauté de voyageurs qui ont en commun un objectif:  faire des déplacements interurbains une expérience enrichissante.

Heylo est multiplateformes avec une application à la fois Android et iOS.

Le mobile money joue un rôle central dans leur approche.

Ils ont pour ambition d’être le Blablacar de l’Afrique «Blablacar ou quiconque ambitionne entrer dans ce marché n’aura pas de place s’il arrive après nous» dixit un des dirigeants.

C’est dans ce décor de succès plutôt mitigé que Heylo fait son entrée. S’il fallait s’arrêter à notre rencontre avec l’équipe pour juger on serait tenté de dire que le pari est gagné, mais pas si vite car, jusqu’à preuve du contraire c’est le terrain qui commande et pour reprendre les paroles d’une chanson populaire par ici «vous avez fait quoi les gens ont vu…?» Bref on jugera le maçon au pied du mur.

Bien que la plateforme Heylo soit déjà ouverte pour les inscriptions, le lancement de leurs activités est prévu pour le 1er Novembre 2019. Va-t-elle réussir à renverser la tendance et moderniser enfin  l’autostop au Cameroun? C’est affaire à suivre.

Pour en savoir plus sur Heylo:
www.heylo.cm
Facebook.com/heylo.cm
Tel/ WhatsApp; 654 20 00 00

 

Leave a Response